Sélectionner une page
STRASBOURG : Quand Bies remplace des retraités par « la mixité sociale »
En plein été, certains habitants des rues de Lausanne, du Jura et de la rue
Neuchâtel ont appris que leurs logements sociaux allaient être déconventionnés et
que leur loyer pourrait augmenter jusqu’à 70% !
Bien sûr, les choix libéraux du gouvernement Macron pèsent sur cette situation.
Mais au nom du sacro-saint dogme socialiste de la « mixité sociale » qui n’est bien
souvent, rien moins que le nom de code de l’invasion migratoire et de l’islamisation
de quartiers entiers de Strasbourg et de France, le directeur d’Habitation Moderne,
Philippe Bies, décide de condamner ces retraités aux modestes revenus à quitter
leurs logements sociaux.
Ainsi, il explique son projet aujourd’hui dans les Dernières Nouvelles d’Alsace :
« Peut-être faut-il ramener un peu de mixité dans le quartier l’idée c’est aussi d’y
ramener des familles(…)
Aujourd’hui, 61% des locataires sont sans enfants, qu’il y a
89% de T3 et T4. Et 33% seulement des locataires touchent l’APL »
Il est vrai qu’il est plus utile pour un élu socialiste de loger de futurs électeurs plutôt
que de laisser des modestes retraités dans leurs logements…
Le calcul cynique du directeur d’Habitation Moderne qui est l’office HLM de
Strasbourg est un classique pour cette municipalité socialo-bobo-écolo.
Sortir ces 128 logements du secteur social équivaut à chasser les actuels locataires
vers des zones où ils seront confrontés au fameux vivre-ensemble et aux problèmes de l’immigration et de l’islamisation.
Le Rassemblement National du Bas-Rhin condamne fermement ce projet.
Laurent Husser
Responsable Rassemblement National de la 2e circonscription du
Bas-Rhin